Correction de termes dans les traductions

بسم ا الرحمن الرحيم

Au nom de Dieu, le plus gracieux et le plus miséricordieux

Ali ibn Abi Talib (p) a dit :

مثلنا مثل سفينة نوح من ركبها نجا ومن تخلف عنها غرق

« Notre parabole est la parabole de l’arche de Noé. Celui qui est monté à bord a été sauvé, et celui qui est resté à l’écart a été noyé. » [Kitab Sulaim d’al-Hilali, page 358] 

 

Chapitre 1

Fiqh ne signifie pas jurisprudence,

Faqih ne signifie pas juriste

 

Muhammad ibn Hanafiyyah, le fils d’Ali ibn Abi Talib (p), a parlé à son frère Hasan ibn Ali (p) :

الحسين أعلمنا علما و أثقلنا حلما وأقربنا من رسول الله صل الله عليه وآله رحما كان فقيها قبل أن يخلق وقرأ الوحي قبل أن ينطق

« Husain (p) est le plus savant et le plus longanime d’entre nous et le plus proche parent du Messager de Dieu (pslf). Avant d’être créé, il était Faqih et avant d’utiliser le langage, il lisait la Révélation. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 1 page 302 hadith 2]

Donc, l’Imam était-il étudiant dans un institut religieux, il a appris la jurisprudence et est devenu juriste ?

الفقه العلم بالشيء والفهم له

« Le fiqh est la connaissance de quelque chose et sa compréhension. » [Lisan-ul-Arab d’Ibn Manzur, volume 13 page 522]

Ceux qui traitent des dires des Imams et traduisent des termes comme faqih ou fuqaha‘, qui en est le pluriel, par juriste ou fiqh par jurisprudence, se trompent. Même si, dans le langage moderne, un juriste est appelé Faqih, cela ne signifie pas que l’Imam Husain (a) a été désigné comme un savant ou d’autres personnes dans les traditions. Dans l’usage actuel, l’automobile est également appelée Sayyarah. Qui aurait maintenant l’idée que le Coran parle d’automobiles et en fait la publicité ?

« Et Sayyarah est arrivé. » [Qur’an 12:19]

وَجَآءَتۡ سَيَّارَةٌ

Dans les traductions courantes, on remarquera que le terme n’a pas été traduit par automobile, mais par caravane. De même, le terme Fiqh, c’est-à-dire compréhension et appréhension, n’est pas étranger au Coran :

فَمَالِ ھٰٓؤُلَۤاءِ الۡقَوۡمِ لَا يَكَادُوۡنَ يَفۡقَهُوۡنَ حَدِيۡثًا

« Qu’ont-ils ces gens ? Ils ne sont presque même pas Faqih en ce qui concerne un hadith. » [Qur’an 4:78]

وَاِنۡ مِّنۡ شَىۡءٍ اِلَّا يُسَبِّحُ بِحَمۡدِهٖ وَلٰـكِنۡ لَّا تَفۡقَهُوۡنَ تَسۡبِيۡحَهُمۡ

« Et il n’existe rien qui ne célèbre Sa gloire mais ils ne sont pas des Faqih en ce qui concerne leur éloge. » [Qur’an 17:44]

لِّيَـتَفَقَّهُوۡا فِى الدِّيۡنِ

« Qu’ils deviennent Faqih en matière de religion. » [Qur’an 9:122]

Ceux qui ont cherché ces versets dans les traductions qu’ils avaient à portées de main sont toujours tombés sur à comprendre ou la compréhension pour le terme Fiqh.

Prophète Muhammad (pslf) a dit : 

الفقه حتم واجب عل كل مسلم

« Le fiqh est un devoir irrévocable pour tout musulman. » [al-Mustadrak d’at-Tabarsi, volume 17 page 301 hadith 55]

Imam Ali (p) a dit :

تفقه في الدين فان الفقهاء ورثة النبياء

« Deviens Faqih en ce qui concerne la religion, car les Fuqaha‘ sont les héritiers des Prophètes » [Ghawali al-La’ali d’al-Ahsa’i, volume 4 page 60 hadith 5]

Imam Sadiq (p) a dit :

تفقهوا في دين الله ولا تكونوا أعرابا فإنه من لم يتفقه في دين الله لم ينظر الله إليه يوم القيامة ولم يزك له عملا

« Devenez Faqih concernant la religion de Dieu et ne soyez pas des Bédouins  car quiconque n’est pas devenu faqih en ce qui concerne la religion de Dieu, Dieu ne l’a pas honoré d’un regard au Jour dernier, et n’a déclaré aucune de ses actions pur. » [al-Mahasin d’al-Barqi, volume 1 page 228 hadith 162]

Imam Kazim (p) a dit :

تفقهوا في دين الله فإن الفقه مفتاح البصيرة وتمام العبادة والسبب إلى المنازل الرفيعة والرتب الجليلة في الدين والدنيا وفضل الفقيهعلى العابد كفضل الشمس على الكواكب ومن لم يتفقه في دينه لم يرض الله له عملا

« Devenez Faqih en ce qui concerne la religion de Dieu, car le Fiqh est la clé de la perspicacité et la perfection de l’Ibadah et le moyen d’obtenir des niveaux élevés et un rang noble dans la religion et dans ce monde, et la préférence du Faqih sur celui qui pratique l’Ibadah est comme la préférence du soleil sur les astres, mais quiconque n’était pas devenu Faqih en ce qui concerne sa religion, Dieu n’était satisfait d’aucune action. » [Tuhaf-ul-Uqul d’ibn Shu’bah al-Harrani, page 410]

Ainsi, être un Faqih n’est pas une position spéciale pour les clercs.

Imam Sadiq (p) a dit :

تعلموا العربية فإنها كلم الله الذي يكلم به خلقه

« Apprenez la langue arabe, car c’est la langue de Dieu avec laquelle il s’adresse à Ses créatures. » [al-Fusul-ul-Muhimmah d’al-Hurr al-Amili, volume 1 page 678 hadith 1]

لا يسع الناس حتى يسألوا ويتفقهوا ويعرفوا إمامهم ويسعهم أن يأخذوا بما يقول وإن كان تقية

« On ne donne pas d’espace aux gens jusqu’à ce qu’ils se renseignent et deviennent Faqih et acquièrent la connaissance de leur Imam et qu’il leur offre l’espace nécessaire pour se conformer à ce qu’il dit, même si c’est par prudence. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 1 page 40 hadith 4]

أنتم أفقه الناس إذا عرفتم معا ني كلمنا

« Vous êtes le plus Faqih des personnes, quand vous avez réalisé le sens de notre parole » [al-Fusul-ul-Muhimmah d’al-Hurr al-Amili, volume 1page 573 hadith 2]

اعرفوا منازل شيعتنا بقدر ما يحسنون من رواياتهم عنا فانا لا نعد الفقيه منهم فقيها حتى يكون محدثا

« Reconnaissez les étapes de nos partisans par la quantité de paroles qu’ils narrent de nous de bonne manière, car nous ne comptons pas le faqih d’entre eux comme faqih tant qu’il n’est pas un narrateur de paroles. » [ar-Rijal d‘al-Kashshi, page 11 hadith 2]

Imam Mahdi (p) a dit :

وأما الحوادث الواقعة فارجعوا فيها إلى رواة حديثنا فإنهم حجتى عليكم وأنا حجة الله عليهم

« En ce qui concerne les événements qui se produisent, revenez aux narrateurs de notre parole, car ils sont mes preuves pour vous et je suis la preuve de Dieu pour eux. » [Kamal-ud-Din d’as-Saduq, volume 1 page 512]

Donc chaque personne croyante doit être et devenir Faqih, ce qui, comme mentionné, ne fait pas référence à la jurisprudence moderne, mais à la compréhension de la religion. Quelqu’un peut donc être appelé Faqih par les personnes, alors que selon les Imams (p) il ne l’est pas. Ceux qui comprennent et entendement sont les héritiers des Prophètes (p), ceux qui comprennent et entendement sont exquis comme le soleil et non ceux dont on suppose sans savoir qu’ils comprennent et entendement tout.

 

Chapitre 2

Fatwa ne signifie pas d’avis juridique,

Mufti ne signifie pas expert juridique

 

Dieu a parlé à son Prophète (pslf) :

فَاسۡتَفۡتِهِمۡ اَلِرَبِّكَ الۡبَنَاتُ وَلَهُمُ الۡبَنُوۡنَ اَمۡ خَلَقۡنَا الۡمَلٰٓـئِكَةَ اِنَاثًا وَّهُمۡ شٰهِدُوۡنَ اَلَاۤ اِنَّهُمۡ مِّنۡ اِفۡكِهِمۡ لَيَقُوۡلُوۡنَ وَلَدَ اللّٰهُ وَاِنَّهُمۡ لَـكٰذِبُوۡنَ‏

« Demandez-leur la Fatwa ! Ton Seigneur aurait-Il des filles et eux des fils ? Ou bien avons-Nous créer des Anges de sexe féminin, et en sont-ils témoins ? Certes, ils disent dans leur mensonge : « Dieu a engendré » mais ce sont certainement des menteurs ! » [Qur’an 37:149-152]

Istifta signifie aspirer Fatwa,  Ifta’ est exprimé de Fatwa et un mufti est une personne qui émet une Fatwa. Alors Muhammad (pslf) doit-il demander un avis juridique aux menteurs et les suivre ? Les menteurs ont-ils étudié dans un institut religieux, appris la jurisprudence et acquis le titre de juriste ?

وأفتاه في الأمر أبانه له

« Il lui a effectué une fatwa sur la question signifie : Il lui a rendu une illumination à propos de ça. » [Lisan-ul-Arab d‘Ibn Manzur, volume 15, page 147]

Ceux qui traitent des textes religieux tels que le Coran et les paroles des Imams (p) et traduisent des termes comme ceux-ci en tant qu’avis juridiques se trompent. Même s’il est devenu habituel dans l’usage moderne de désigner les avis juridiques par le terme Fatwa et les experts juridiques par le terme Mufti, cela ne signifie pas que Dieu, le Prophète (pslf) ou ses successeurs (p) avaient l’habitude de faire de même. Comme pour le terme Fiqh, avec la Fatwa il faut faire la distinction entre les textes originaux et ce qui est manié à l’époque moderne.

Ceux qui recherchent le terme dans le Coran sont invités à consulter les traductions disponibles pour les versets suivants :

وَيَسۡتَفۡتُوۡنَكَ فِى النِّسَآءؕ قُلِ اللّٰهُ يُفۡتِيۡكُمۡ فِيۡهِنَّ

« Ils te demandent la Fatwa, dis : Dieu vous donne Sa Fatwa sur eux » [Qur’an 4:127]

يُوۡسُفُ اَيُّهَا الصِّدِّيۡقُ اَ فۡتِنَا فِىۡ سَبۡعِ بَقَرٰتٍ سِمَانٍ يَّاۡكُلُهُنَّ سَبۡعٌ عِجَافٌ

« Yusuf, le véridique, Donne-nous la Fatwa au de sept vaches grasses que mangent sept maigres ! » [Qur’an 12:46]

Ni Dieu ni Yusuf (p) n’ont étudié le droit dans l’un des instituts religieux. On peut dire qu’ils ont éduqué les personnes, mais on ne peut pas dire que cette éducation se limite au droit, car le terme fatwa ne dit rien en soi de la matière que traite un éclaireur, c’est-à-dire un Mufti.

Imam Sadiq (p) a dit :

إنا لو كنا نفتي الناس براينا وهو انا لكنا من الهالكين ولكنها اثار من رسول ا صل الله عليه وآله اصل علم نتوارثها كابر عن كابرعن كابر نكنزها كما ينكز الناس ذهبهم وفضتهم

« Si nous devions rendre des fatwas aux gens selon notre propre opinion et inclination, nous plongerions dans la ruine. Au contraire, ce sont des traditions du Messager de Dieu (pslf), la racine du savoir. Nous les héritons d’un aîné à l’autre. Nous les gardons comme des trésors, comme les gens gardent leur or et leur argent comme des trésors. » [Basa’ir-ud-Darajat d’as-Saffar, page 319 hadith 3]

Imam Sadiq (p) a demandé à Mu’adh Ibn Muslim :

بلغني أنك تقعد في الجامع فتفتي الناس

« J’ai entendu dire que tu vas à l’édifice religieux pour donner des fatwas aux gens ? »

Il a répondit :

نعم و أردت أن أسألك عن ذلك قبل أن أخرج إ ني أقعد في المسجد فيجئ الرجل فيسألني عن الشيئ فإذا عرفته بالخلاف لكم أخبرتهبما يفعلون ويجئ الرجل أعرفه بمودتكم وحبكم فأخبره بما جاء عنكم ويجئ الرجل لا أعرفه ولا أدري من هو فأقول جاء عن فلانكذا وجاء عن فلان كذا فادخل قولكم فيما بين ذلك

« Oui, je voulais t’en demander avant de poursuivre mon chemin. Je m’assois dans l’édifice religieux et quelqu’un vient vers moi et me demande quelque chose. Si je le reconnaissais comme l’un de vos adversaires, je lui remettrais ce qu’ils manipulent et si quelqu’un vient que je reconnais comme votre dévot et amant, je lui livre ce qui a été rapporté de vous et si quelqu’un vient qui m’est inconnu et dont je ne sais pas qui il est, alors je dis : ﴾ Ceci a été rapporté par untel ou untel et cela a été rapporté par untel ou untel ! ﴿ Pour que je mette ta phrase entre les deux ? »

Imam (p) a parlé :

اصنع كذا فا ني كذا أصنع

« Procéder de cette manière, car je procède aussi de cette manière. » [Wasa’il-ush-Shi’ah d’al-Hurr al-Amili, volume 27 page148 hadith 36]

Comme on peut le voir dans les exemples précédents, la Fatwa implique bien des explications sur les déclarations du Prophète (pslf) ou de ses successeurs (p). Par conséquent, quiconque prétend que les gens de l’époque ne faisaient qu’exprimer des opinions juridiques au sens moderne du terme, sans en fournir la moindre preuve, parle sans aucune connaissance réelle du terme et commet injustice à l’égard des compagnons des Imams (p), à qui de telles actions étaient étrangères.

Abu Hanifah a demandé à Hariz ibn Abdillah al-Azdi :

أنت لا تقول شيئا إلا برواية

« Tu ne dis rien, sauf avec une narration ? » 

Il répondit : 

أجل

« C’est comme ça. » [Wasa’il-ush-Shi’ah d’al-Hurr al-Amili, volume 27 page 147 hadith 32]

Imam Sadiq (p) a dit :

دع القياس والرأي وما قال قوم في دين الله ليس له برهان

« Laisser tomber la comparaison et la propre opinion et ce que les gens ont dit sur la religion de Dieu sans preuve. » [Al-Fusul-ul-Muhimmah d’al-Hurr al-Amili, volume 1 page 527 hadith 10]

أما إنه شر عليكم أن تقولوا بشئ ش ما لم تسمعوه منا

« C’est un mal pour vous de représenter une déclaration que vous n’entendez pas de notre part. » [Al-Hada’iq-un-Nadirah de Yusuf al-Bahrani, volume 15, page 546]

إياك وخصلتين ففيهما هلك من هلك
إياك أن تفتي الناس برأيك أو تدين بما لا تعلم

« Renonce à deux caractéristiques, car quiconque fut détruit, fut ainsi, à cause de ces deux caractéristiques : je t’interdis de donner de la Fatwa aux gens, selon ton opinion personnelle, je t’interdis de t’occuper d’une chose religieuse que tu ignores. » [Al-Kafi d’al-Kulaini, volume 1 page 42 hadith 2]

Par exemple, si une personne dit dans une Fatwa :

لحم طاووس حرام

« La viande du paon est interdite. »

Nous ne savons donc pas si l’un des infaillibles (p) a interdit la consommation du paon ou si ce n’est tout simplement pas le cas. Même si la personne a fait cette déclaration en connaissance de cause, cette connaissance reste inconnue pour nous. Il se peut également que la personne se trompe et ne reflète pas la religion de Dieu sur ce point.  Peu importe les titres que vous attribuez à la personne, la beauté ou la taille de son couvre-chef. Il ne nous a pas dit pourquoi il déclare l’animal interdit, il n’y a donc aucune raison pour nous d’attribuer cette information à Dieu, au Messager (pslf) ou à un Imam (p) ou d’agir en fonction de celle-ci.

Prophète Muhammad (pslf) a dit :

من عمل على غير علم كان ما يفسد أكثر مما يصلح

« Quiconque agit sans connaissance de cause détruit plus qu’il ne corrige. » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 1 page 44 hadith 3]

من عمل بالمقائيس فقد هلك وأهلك ومن أفتى الناس بغير علم وهو لا يعلم الناسخ من المنسوخ والمحكم من المتشابه فقد هلك وأهلك

« Quiconque agit selon la conjecture et la similitude va à sa perte ; et quiconque prononce une Fatwa, sans la Connaissance, et tandis qu’il ne peut distinguer entre l’annulement et ce qui est annulé, et qui ne connaît pas la différence entre le non-ambigu de l’ambiguïté va à sa perte. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 1 page 43 hadith 9]

On a demandé à l’Imam Baqir (p) :

ما حق الله عل العباد

« Quel est le Droit d’Allah sur Ses serviteurs ? »

Il répondit :

أن يقولوا ما يعلمون ويقفوا عندما لا يعلمون

« Qu’ils disent ce qu’ils savent, et de ne rien dire lorsqu’ils ne savent pas. » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 1 page 43 hadith 7]

Supposer qu’une déclaration est vraie, c’est ne pas la connaître.

 

Chapitre 3

Ijtihad ne signifie pas trouver droit applicable,

Mujtahid ne signifie pas juriste.

 

Imam Sadiq (p) a dit :

اجتهدت في العبادة وأنا شاب

« J’ai pratiqué l’ijtihad dans l’ibadah quand j’étais jeune. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 2 page 87 Hadith 5]

L’Imam (p) était-il un Mujtahid qui a essayé de parvenir à un droit applicable islamique de la loi dans un institut religieux ?

والاجتهاد والتجاهد بذل الوسع والمجهود

« Ijtihad et Tajahud signifient s’engager et un effort étendu. » [Lisan-ul-Arab d‘Ibn Manzur, volume 3 page 135]

Ijtihad signifie effort et c’est ce que l’Imam (p) a fait en ce qui concerne le service divin. C’était donc un Mujtahid, une personne qui s’engager et qui a lutté.

Imam Baqir (p) a dit :

أي الجتهاد أفضل من عفة بطن وفرج

« Quel Ijtihad devrait être plus excellent que la chasteté du ventre et du pubis ? » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 2 page 79 hadith 4]

Imam Sadiq (p) a dit :

كونوا دعاة للناس بالخير بغير ألسنتكم ليروا منك الاجتهاد والصدق والورع

« Appelez les personnes au bien sans vos langues, afin qu’elles voient de vous l’Ijtihad, l’honnêteté et la piété. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 2 page 105 hadith 10]

Ceux qui traduisent le terme Ijtihad dans les déclarations des Imams (p) comme trouver le droit applicable se trompent. Toute personne qui fait un effort peut être qualifiée linguistiquement de Mujtahid, ce qui ne signifie en aucun cas que l’on se forge ses propres opinions sur la religion.

On a demandé à l’Imam Sadiq (p) :

ترد علينا أشياء ليس نعرفها في كتاب الله ولا سنة فننظر فيها

« Il nous arrive de nous trouver devant des questions dont nous ne connaissons aucunement le verdict, selon le Livre de Dieu et la Tradition pourrions-nous agir, selon nos opinions personnelles ? »

Il (p) a parlé :

لا أما إنك إن أصبت لم تؤجر وإن أخطأت كذبت على الله عز وجل

« Non ! Si tu atteins à la vérité, tu ne recevras aucune Récompense ; et si tu te trompes, tu serais alors coupable d’avoir falsifié Dieu. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 1 page 56, hadith 11]

ما أجبتك فيه من شئ فهو عن رسول الله صل الله عليه وآله لسنا من أرأيت في شئ

« Toute réponse que je te donne, provient du Messager de Dieu (pslf) lui-même. Nous ne sommes pas de ceux qui se forgent leur propre opinion sur quelque chose. » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 1 page 58 hadith 21]

من عرف أنا لا نقول إلا حقا فليكتف بما يعلم منا

« Quiconque sait que nous disons la vérité doit se limiter  à ce dont il s’ait à notre sujet. » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 1 page 65 hadith 6]

لولا ان الله فرض ولايتنا ومودتنا وقرابتنا ما ادخلناكم ولا أوقفناكم على بابنا فوالله ما نقول باهوائنا ولا نقول برأينا ولا نقول الا ماقال ربنا

« Si Dieu n’avait pas rendu obligatoires notre Wilayah, notre amour et notre proximité, alors nous ne vous laisserions pas entrer ni vous arrêter à notre porte, car, par Dieu, nous ne parlons pas selon notre inclination ni selon notre propre opinion et nous ne disons rien d’autre que ce que notre Seigneur a dit. » [Basa’ir-ud-Darajat d‘as-Saffar, page 320 hadith 7]

Être un Mujtahid et pratiquer l’Ijtihad ne signifie pas être reconnu par les autres comme un juriste.

Imam Sadiq (p) a dit :

عليكم بالورع والاجتهاد

« A vous de la piété et de Ijtihad. » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 2 page 635 hadith 3]

أشد الناس اجتهادا من ترك الذنوب

« Les personnes qui pratiquent l’ijtihad le plus amer sont celles qui se désistent des péchés. » [al-Khisal d‘as-Saduq, page 16 hadith 56]

À propos des gens de la Maison (p), il a dit :

ودينهم الورع والعفة والصدق و الصلاح والاجتهاد

« Leur religion est la piété, la chasteté, l’honnêteté, la droiture et l’Ijtihad. » [al-Khisal d‘as-Saduq, page 479 hadith 46]

Imam Baqir (p) a dit :

وإنكم على دين الله ودين ملائكته فأعينوا بورع واجتهاد

« Vous appartenez à la religion de Dieu et à la religion de ses anges, alors fournissez une aide par la piété et l’ijtihad » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 2 page 187 hadith 5]

Imam Sadiq (p) a dit :

من سعى في حاجة أخيه المسلم فاجتهد فيها فأجرى الله على يديه قضاءها كتب الله عز وجل له حجة وعمرة واعتكاف شهرينفالمسجد الحرام وصيامهما وإن اجتهد فيها ولم يجر الله قضاءها عل يديه كتب الله عز وجل له حجة وعمرة

« Quiconque s’est efforcé d’exaucer le souhait de son frère musulman et a effectué l’ijtihad pour celui-ci, de sorte que Dieu l’a réalisé à travers lui, Il lui a inscrit un grand et un petit pèlerinage et deux mois de jeûne et de réclusion dans la maison sainte de la prière et s’il a accompli l’ijtihad pour cela, mais que Dieu ne l’a pas accompli à travers lui, alors Il a inscrit sur lui un petit et un grand pèlerinage. » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 2 page 198 hadith 7]

 

Chapitre 4

Taqlid ne signifie pas suivre un érudit en matière de droit

ou d’accrocher les actes à son cou.

 

Prophète Muhammad (pslf) a dit :

ما من ذي زكاة مال نخل أو زرع أو كرم يمنع زكاة ماله إل قلده الله تربة أرضه يطوق بها من سبع أرضيي إلى يوم القيامة

« Aucun propriétaire de palmiers ou de plantations ou de vignes qui doit payer l’aumône ne refuse l’aumône de son bien, sauf que Dieu fait Taqlid avec lui en ce qui concerne sa terre, qu’il doit supporter à la mesure de sept terres, jusqu’au Jour de la Résurrection. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 3 page 503 hadith 4]

Dieu est-il une personne qui questionne et imite un érudit en matière de droit ? Dieu ne connaît-il pas ses lois et accroche-t-il ses actes comme une chaîne au cou d’un érudit, de sorte que celui-ci porte la responsabilité de ses actes et que Dieu est excusé ?

وقد قلده قلادا وتقلدها

« Il a fait Taqlid avec lui en ce qui concerne les appendices et il est devenu appendice pour eux. » [Lisan-ul-Arab d‘Ibn Manzur, volume 3 page 367]

Ainsi Dieu lui a attaché sa terre comme une conséquence de son action qu’il doit supporter jusqu’au temps mentionné et c’est exactement Taqlid et c’est attacher quelque chose, la chose ou la personne à laquelle qui est attaché est appelée Muqallad. Cependant, le terme seul ne dit pas à quelle Qiladah, ou appendice, le Muqallid actif est attaché. Ceux qui prétendent qu’un juriste prendrait sur lui les actes et les péchés que l’on commet selon ses préceptes, alors que Dieu doit déclarer son adepte innocent, se trompent, car cette définition du Taqlid n’est pas connue du Prophète (pslf) ou de l’un des Imams (p) et ne peut leur être attribuée.

Imam Sadiq (p) a dit :

إنما المرأة قلادة فانظر إلى ما تقلده

« La femme n’est qu’une Qiladah, alors regarde où tu fais Taqlid. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 5 page 332 hadith 1]

Une personne féminine est donc considérée comme un appendice qu’il convient d’attacher avec précaution, et non comme un péché ou un acte que l’on confie à un autre.

Prophète Muhammad (p) a dit :

أيها الناس علي بن أبي طالب فيكم بمنزلتي
فقلدوه دينكم وأطيعوه في جميع أموركم

« O gens, Ali ibn Abi Talib est parmi vous à mon niveau, donc faites Taqlid en ce qui concerne votre religion et obéissez-lui en tout ce qui vous concerne. » [al-Fawa’id-ul-Madaniyyah d’al-Istarabadi, pages 248 – 249]

Imam Sadiq (p) a dit :

أما إنه شر عليكم أن تقولوا بشئ ما لم تسمعوه منا

« C’est un mal pour vous de représenter une déclaration que vous n’entendez pas de notre part. » [al-Hada’iq-un-Nadirah de Yusuf al-Bahrani, volume 15 page 546]

إياك أن تنصب أحدا دون الحجة فتصدقه في كل ما قال

« Méfiez-vous (au lieu de la preuve) de donner à quelqu’un une telle position que vous le confirmez dans tout ce qu’il a dit. » [al-Fusul-ul-Muhimmah d’al-Hurr al-Amili, volume 1 page 525 hadith 3]

اسمع حديثنا ولا تكذب علينا

« Entendez nos paroles et ne mentez pas à notre sujet. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 4 page 187 hadith 1]

Imam Sadiq (p) a dit : 

إياكم والتقليد فإنه من قلد في دينه هلك إن الله تعال يقول واتخذوا أحبارهم ورهبانهم أربابا من دون الله فلا والله ما صلوا لهم ولاصاموا ولكنهم أحلوا لهم حراما وحرموا عليهم حلال فقلدوهم فذلك فعبدوهم وهم لا يشعرون

« Méfiez-vous du Taqlid, car celui qui a fait Taqlid en ce qui concerne sa religion s’est plongé dans la ruine. Dieu dit : ﴾Ils ont pris leurs érudits et leurs moines comme seigneurs au lieu de Dieu.﴿ Non, par Allah, ils ne les adoraient pas et ne jeûnaient pas pour eux, mais ils leur ont déclaré des choses interdites permises et des choses permises interdites, après quoi ils font Taqlid et les ont servis, sans s’en rendre compte. » [Tashih-ul-I’tiqadat d’al-Mufid, pages 72 – 73]

من أطاع رجلا في معصية فقد عبده

« Celui qui a obéi à l’un dans une désobéissance l’a déjà servi. » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 2 page 398 hadith 8]

دع القياس والرأي وما قال قوم في دين الله ليس له برهان

« Laisser tomber la comparaison et la propre opinion et ce que les gens ont dit sur la religion de Dieu sans preuve. » [al-Fusul-ul-Muhimmah d‘al-Hurr al-Amili, volume 1, page 527 hadith 10]

On a demandé à l’Imam Sadiq (p) :

ما حق الله على خلقه

« Quel est le Droit de Dieu sur Ses créatures ? »

Il répondit :

أن يقولوا ما يعلمون ويكفوا عما ل يعلمون فإذا فعلوا ذلك فقد أدوا إلى الله حقه

« Qu’elles professent et disent ce qu’elles savent et qu’elles s’abstiennent de parler au sujet des choses qu’elles ignorent ; ainsi donc, lorsqu’elles accomplissent cela, elles ont respecté et exécuté le Droit de Dieu. » [al-Kafi d‘al-Kulaini, volume 1 page 50 hadith 12]

Imam Sadiq (p) a dit :

فأما من كان من الفقهاء صائنا لنفسه حافظا لدينه مخالفا لهواه مطيعا لمر مولاه فللعوام أن يقلدوه وذلك لا يكون إلا في بعض فقهاءالشيعة لا جميعهم فان من ركب من القبائح والفواحش مراكب فسقة فقهاء العامة فلا تقبلوا منهم عنا شيئا ولا كرامة لهم

« Quant à celui des Fuqaha‘ qui s’est retenu, qui a préservé sa religion, qui a résisté à son penchant et qui a obéi aux ordres de son Mawla, c’est aux gens ordinaires de faire Taqlid sur lui et cela ne concerne que quelques Fuqaha‘ des remorques et non pas tous, mais quiconque a commis les infractions odieuses et honteuses des Fuqaha‘ transgresseurs des gens du commun, de lui n’acceptez rien de nous et aucun honneur ne leur sera dû. » [Tafsir-ul-Imam d‘al-Askari, page 300 hadith 143]

Seuls quelques Fuqaha‘ se conforment à ces points, pas tous. Comment savoir si un Faqih est obéissant si on ne connaît pas les commandements de Dieu ? Comment peut-on savoir s’il préserve la religion si on ne connaît pas la religion ? Si l’on ne sait pas ce que le Prophète (pslf) ou les gens de sa Maison (p) ont dit ? Sans aucune connaissance d’une personne, comment peut-on prétendre qu’il observe la religion ? Comment peut-on prétendre qu’une personne comprend la religion sans la connaître ?  Comment peut-on attacher la religion à quelqu’un si l’on ne sait pas si ses actions y sont conformes ? Comment je fais Taqlid sur telle personne ? Comment et avec quoi je dois m’attacher à il ?

Imam Sadiq (p) a dit :

اعرفوا منازل شيعتنا بقدر ما يحسنون من رواياتهم عنا فانا لا نعد الفقيه منهم فقيها ح ت يكون محدثا

« Reconnaissez les étapes de nos partisans par la quantité de paroles qu’ils narrent de nous de bonne manière, car nous ne comptons pas le faqih d’entre eux comme faqih tant qu’il n’est pas un narrateur de paroles. » [ar-Rijal d‘al-Kashshi, page 11 hadith 2]

L’érudit Husain al-Karaki al-Amili écrit :

التقليد عند المتأخرين من الإمامية هو عمل العا مي بقول المجتهد فيما يرجحه ظنه من فروع الشريعة شيعة وعند قدمائهم هورجوع العا مي إل قول المعصوم في أمور دينه ولو بواسطة يوثق بنقله فمن نفى التقليد من القدماء أراد الأول ومن قال به اراد الثاني

« Les érudits tardifs des Imamites définissent Taqlid comme l’action du profane, selon la déclaration du Mujtahid sur ce qu’il croit être juste dans les branches légales, tandis que chez les premiers érudits des Imamites, le retour du profane à la déclaration de l’Infaillible concernant sa religion, par au moins un moyen invoqué dans sa tradition. Ceux des premiers érudits qui se sont prononcés contre le Taqlid ont voulu dire la première chose et ceux qui l’ont soutenu ont voulu dire la seconde. » [Hidyat-ul-Abrar d’al-Karaki al-Amili, page 300]

L’érudit Muhammad al-Hurr al-Amili écrit :

اختلف في جواز التقليد في الأصول والفروع فمنهم من منع منه فيهما ومنهم من أجاز فيهما ومنهم من أجازه في الفروع والخلافمشهور

« Un désaccord est apparu sur l’admissibilité du Taqlid dans Usul et Furu‘. Parmi eux, il y a ceux qui l’interdisent dans les deux et ceux qui l’autorisent dans les deux et ceux qui l’autorisent dans le Furu‘ et la dispute n’est pas un secret. » [al-Fawa’id-ut-Tusiyyah d’al-Hurr al-Amili, page 326]

التقليد المرخص فيه هنا إنما هو قبول الرواية لا قبول الرأي والاجتهاد والظن وهذا واضح وذلك لا خلف فيه

« Le Taqlid autorisé est uniquement l’acceptation des traditions, et non l’acceptation de sa propre opinion, Ijtihad et conjecture, et ceci est clair et indéniable. » [Wasa’il-ush-Shi’ah d‘al-Hurr al-Amili, volume 27 page 132]

Certains citent la déclaration de l’Imam Sadiq (a.) au sujet d’une personne qui a donné une fatwa comme une raison pour dire que seule la personne qui donne une fatwa est responsable, mais pas la personne qui la suit :

هوفي عنقه قال أو لم يقل وكل مفت ضامن

« Il la tient par le cou, qu’il l’ait dit ou non, et toute personne qui fait une fatwa est responsable. » [Wasa’il-ush-Shi’ah d’al-Hurr al-Amili, volume 27 page 220 hadith 2]

Est-ce qu’il est dit ici que le suiveur de la Fatwa n’est pas responsable ? Non, alors comment peut-on prétendre que l’Imam (p) a dit une telle chose ? Il n’a pas non plus dit qu’il s’agissait d’une Fatwa en matière juridique. Il n’a pas non plus dit que celui qui donne Fatwa ou porte la culpabilité est un juriste. Un alcoolique pourrait donner une fatwa selon laquelle il est permis de boire de la bière et ceux qui s’y conformeraient seraient excusés, car l’Imam (p) n’a pas dit que l’on ne serait excusé que pour la Fatwa d’un certain groupe de personnes dans un certain domaine tel que le droit.

Imam Baqir a dit (p) :

من علم باب هدى فله مثل أجر من عمل به ول ينقص أولئك من أجورهم شيئا ومن علم باب ضلال كان عليه مثل أوزار من عمل بهولا ينقص أولئك من أوزارهم شيئا

« Celui qui a enseigné une chose juste a une récompense comme celle de celui qui a agi en conséquence, tandis qu’aucun d’entre eux n’est moins récompensé et celui qui a enseigné quelque chose d’erroné porte la culpabilité de celui qui a agi en conséquence, tandis qu’aucun d’entre eux ne porte moins de culpabilité. » [Wasa’il-ush-Shi’ah d’al-Hurr al-Amili, volume 16 page 173 hadith 2]

من أفتى الناس بغير علم ولا هدى من الله لعنته ملئكة الرحمة وملئكة العذاب ولحقه وزر من عمل بفتياه

« Quiconque a donné une Fatwa aux gens sans connaissance et sans guidance de Dieu, les anges de la miséricorde et les anges du châtiment l’ont maudit et la culpabilité a rattrapé celui qui a agi selon sa Fatwa. » [Wasa’il-ush-Shi’ah d‘al-Hurr al-Amili, volume 27 page 20 hadith 1]

 

Chapitre 5

Marja‘ ne signifie pas Modèle d’imitation

 

On a demandé à l’Imam Baqir (p) :

لاي علة يولد النسان هاهنا ويموت في موضع آخر

« Pour quelle raison l’homme naît-il dans un endroit et meurt-il dans un autre ? »

Il répondit :

لان الله تبارك وتعالى لما خلق خلقه خلقهم من أديم الرض فمرجع كل إنسان إلى تربته

« Parce que Dieu a créé Ses créatures à partir de la croûte terrestre lors de leur création, le Marja‘ de chaque personne est donc à sa propre terre. » [Ilal-ush-Shara’i’ d’as-Saduq, volume 1page 308]

Tous les gens s’attendent-ils à imiter un modèle religieux à la fin de leur vie ? Dans quel institut religieux la Terre à laquelle ils retournent a-t-elle étudié ? Qui a autorisé la Terre à émettre des avis juridiques et qui lui a conféré son titre de juriste ?

إلى الله مرجعكم جميعا أي رجوعكم

« Le Marja‘ de vous tous est à Dieu par lequel votre retour est signifié. » [Lisan-ul-Arab d‘Ibn Manzur, volume 8 page 114]

Raja’a signifie retourner, Raj’ah et Ruju‘ sont le retour et Marja‘ est ce à quoi on retourne. Le terme laisse donc ouverte la question à qui ou à quoi est renvoyé et pour quelle raison. Le concept selon lequel il faut revenir à un érudit et à un clerc particulier et agir en fonction de ses opinions et points de vue juridiques n’est pas exprimé par la formulation.

Imam Ali (p) a parlé à Umar ibn Khattab :

ليس بعدك مرجع يرجعون إليه

« Il n’y a pas de Marja‘ après toi pour y retourner. » [Nahj-ul-Balaghah d’ar-Radi, volume 2 page 18 sermon 134]

Si le terme Marja‘ devait correspondre à ce que certains en ont fait à l’époque moderne, alors il n’y aurait pas de modèle d’imitation pour les musulmans après Umar.

Muhammad al-Kulaini a écrit sur son al-Kafi :

ويرجع إليه المسترشد ويأخذ منه من يريد علم الدين

« Celui qui cherche la guidance, il doit servir de Marja‘, et celui qui cherche la connaissance, prend de lui la connaissance de la religion. » [al-Kafi d’al-Kulaini, volume 1 page 8]

Muhammad as-Saduq a écrit à propos de son al-Faqih :

ليكون إليه مرجعه وعليه معتمده

« Il servira de Marja‘ et la confiance reposera sur lui. » [Man la yahduruh-ul-Faqih d’as-Saduq, volume 1 page 2]

Si le terme Marja‘ signifiait une autorité à suivre, alors il faudrait suivre al-Kafi et al-Faqih.

Imam Sadiq (p) a dit :

اعرفوا منازل الناس على قدر رواياتهم عنا

« Reconnaître les étapes des personnes par la quantité de paroles qu’elles racontent sur nous. » [Wasa’il-ush-Shi’ah d’al-Hurr al-Amili, volume 27 page 138 hadith 3]

Imam Mahdi (p) a dit :

فارجعوا فيها إلى رواة حديثنا فإنهم حجتي عليكم

« Servez-vous donc des narrateurs de notre parole comme Marja‘, car ils sont ma preuve pour vous. » [Wasa’il-ush-Shi’ah d’al-Hurr al-Amili, volume 27 page 140 hadith 9]

 

Schreibe einen Kommentar