Réfutation ultime contre l’autorité de l’érudit (Wilayat Faqih)

Imāmah peut être traduit par « leadership », il vient du mot amma qui signifie« montrer la voie, diriger par son exemple ». Cependant, dans notre théologie, Imāmah signifie spécifiquement le leadership de l’Ummah. Tous les musulmans croient en l’Imāmah, même s’ils ne sont pas d’accord sur ses spécificités. Par exemple : Les sunnites croient en l’Imāmah même s’ils ne sont pas d’accord avec nous – chiites duodécimain – en ce qui concerne l’Infaillibilité ou la désignation divine. Ils pensent qu’il est nécessaire que l’Imām/Calife soit de la tribu des Quraysh, mais les Ibadis ne sont pas d’accord et disent que l’Imām peut être de n’importe quelle tribu.

Ainsi, il est évident que toutes les sectes islamiques croient d’une manière ou d’une autre au concept d’Imāmah, qui signifie simplement « obéissance obligatoire ».

Khomeiny est célèbre (ou plutôt tristement célèbre) pour avoir développé une théorie politico-religieuse entièrement basée sur le concept d’une sorte d’obéissance obligatoire au juriste (faqīh). Selon Khomeiny, cette autorité a été donnée par Ahl-al-Bayt eux-mêmes.

Khomeiny écrit : « La question de l’autorité du juriste n’est pas établie par le conseil des experts, (plutôt) l’autorité du juriste est une question établie par Allāh, et elle est la même que l’autorité du Messager d’Allāh. » [ahifa Imam Khomeīny (farsī), volume 15 page 358]

Il dit : « Si un juriste compétent et juste prend en main la question de la formation d’un gouvernement, et qu’il s’occupe des affaires sociales dont le Prophète – paix sur lui – s’occupe, alors les gens sont obligés de l’écouter et de lui obéir. » [Al-Ḥukūmah al-Islāmiyyah, page 49]

Il dit également : « De même que le très noble Messager s’est vu confier la mise en œuvre des ordonnances divines et l’établissement de l’institution de l’islam, et comme Allāh Tout-Puissant l’a élevé (le juriste) au-dessus des Musulmans en tant que chef et dirigeant, rendant obligatoire l’obéissance à son égard, ainsi, aussi, le juriste juste doit être des chefs et des dirigeants, mettant en œuvre les ordonnances divines et établissant les institutions de l’Islam. » [Gouvernement islamique (anglais). Al Islam : traduction d’Hamid Algar]

Il est explicite dans les propos de Khomeiny que dans sa théorie, l’obéissance au juriste est obligatoire. Cependant, une telle affirmation entraîne de graves conséquences pour l’Islam de Khomeiny, comme nous le verrons.

Sawrah b. Kulayb demande à Abū Ja’far, que la paix soit sur lui au sujet des paroles d’Allāh: Et au Jour de la Résurrection, tu verras les visages noircis de ceux qui ont menti au sujet d’Allāh. Il dit : « (Ce verset fait référence à) celui qui dit : « Je suis un Imām, alors qu’en fait il n’est pas un Imām. » J’ai dit : « Même s’il est un alawi?» Il a dit : « Même s’il est un alawi. » J’ai dit : « Même s’il est des enfants d’Alī b. Abī Talib, la paix soit sur lui ? » Il a dit : « Même alors. » [Kulaynī: Al Kāfī, volume 1 page 372]

مُحَمَّدُ بْنُ يَحْيَى عَنْ أَحْمَدَ بْنِ مُحَمَّدٍ عَنْ مُحَمَّدِ بْنِ سِنَانٍ عَنْ أَبِي سَلامٍ عَنْ سَوْرَةَ بْنِ كُلَيْبٍ عَنْ ابي جعفر (عَلَيْهِ السَّلام) قَالَ قُلْتُ لَهُ قَوْلُ الله عَزَّ وَجَلَّ وَيَوْمَ الْقِيامَةِ تَرَى الَّذِينَ كَذَبُوا عَلَى الله وُجُوهُهُمْ مُسْوَدَّةٌ قَالَ مَنْ قَالَ إِنِّي إِمَامٌ وَلَيْسَ بِإِمَامٍ قَالَ قُلْتُ وَإِنْ كَانَ عَلَوِيّاً قَالَ وَإِنْ كَانَ عَلَوِيّاً قُلْتُ وَإِنْ كَانَ مِنْ وُلْدِ عَلِيِّ ابْنِ أَبِي طَالِبٍ (عَلَيْهِ السَّلام) قَالَ وَإِنْ كَانَ.

Il est rapporté qu’Abū Abdillah, la paix soit avec lui, a dit : « Quiconque réclame de l’Imāmah alors qu’en réalité il n’est pas issu de son peuple, (cette personne) est un mécréant. » [Kulaynī: Al Kāfī, volume 1 page 372]

مُحَمَّدُ بْنُ يَحْيَى عَنْ عَبْدِ الله بْنِ مُحَمَّدِ بْنِ عِيسَى عَنْ عَلِيِّ بْنِ الْحَكَمِ عَنْ أَبَانٍ عَنِ الْفُضَيْلِ عَنْ أَبِي عَبْدِ الله (عَلَيْهِ السَّلام) قَالَ مَنِ ادَّعَى الامَامَةَ وَلَيْسَ مِنْ أَهْلِهَا فَهُوَ كَافِرٌ.

Ibn Abī Ya’fūr a entendu Abū Abdillāh, la paix soit avec lui, dire : « Le jour du jugement dernier, il y a trois personnes à qui Allāh ne parlera pas et qu’il ne purifiera pas, et qui auront un châtiment douloureux : Quiconque revendique l’Imāmah d’Allāh alors que’en fait ce n’est pas pour lui, quiconque combat un Imām d’Allāh, et quiconque pense que ces deux-là ont partagé dans l’Islām. » [Kulaynī: Al Kāfī, volume 1 page 373]

عِدَّةٌ مِنْ أَصْحَابِنَا عَنْ أَحْمَدَ بْنِ مُحَمَّدٍ عَنِ الْوَشَّاءِ عَنْ دَاوُدَ الْحَمَّارِ عَنِ ابْنِ أَبِي يَعْفُورٍ عَنْ أَبِي عَبْدِ الله (عَلَيْهِ السَّلام) قَالَ سَمِعْتُهُ يَقُولُ ثَلاثَةٌ لا يُكَلِّمُهُمُ الله يَوْمَ الْقِيَامَةِ وَلا يُزَكِّيهِمْ وَلَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ مَنِ ادَّعَى إِمَامَةً مِنَ الله لَيْسَتْ لَهُ وَمَنْ جَحَدَ إِمَاماً مِنَ الله وَمَنْ زَعَمَ أَنَّ لَهُمَا فِي الاسْلامِ نَصِيباً.

Abū Abdillāh, la paix soit avec lui, a dit : « Quiconque associe dans l’Imamāh un faux imām avec l’Imām d’Allāh, (cette personne) est un polythéiste. » [Kulaynī: Al Kāfī, volume 1 page 373]

مُحَمَّدُ بْنُ يَحْيَى عَنْ مُحَمَّدِ بْنِ الْحُسَيْنِ عَنْ مُحَمَّدِ بْنِ سِنَانٍ عَنْ طَلْحَةَ بْنِ زَيْدٍ عَنْ أَبِي عَبْدِ الله (عَلَيْهِ السَّلام) قَالَ مَنْ أَشْرَكَ مَعَ إِمَامٍ إِمَامَتُهُ مِنْ عِنْدِ الله مَنْ لَيْسَتْ إِمَامَتُهُ مِنَ الله كَانَ مُشْرِكاً بِالله.

En ce qui concerne les paroles d’Allāh : Et la plupart d’entre eux ne croient pas en Allāh que sauf s’ils lui associent d’autres avec lui. Abū Abdillāh, la paix soit sur lui, a dit : « [Cela fait référence à] l’association d’associés [avec Lui] dans l’obéissance, et non dans l’adoration. » [Al Ḥurr al-Āmilī: Wasā’īl al Shī’ah, volume 18 page 91. Qom: Ahl al-Bayt Foundation.]

عن ضريس، عن أبي عبد الله (عليه السلام) في قول الله عز وجل: ” وما يؤمن أكثرهم بالله إلا وهم مشركون ” قال: شرك طاعة وليس شرك عبادة

Nous pouvons donc conclure que revendiquer le leadership sur l’Oumma – c’est-à-dire l’obéissance obligatoire – est une mécréance à Allāh. Khomeiny n’a peut-être pas revendiqué l’infaillibilité et la désignation divine (bien que certains prétendent qu’il l’a fait), tout comme les imāms zaydītes ne l’ont pas fait, et pourtant ils étaient mécréants.

Khomeiny a déclaré que le „Walī al- Faqīh“ devait être choisi par un conseil d’experts ; de même, les sunnites affirment que l’imām/calife doit être choisi par un conseil.

Encore une fois, il est important de noter la différence entre l’aṣl général de l’Imāmah et les caractéristiques spécifiques de l’Imāmah duodécimain; toutes les sectes sont d’accord sur l’Imāmah générale, mais elles ne sont pas d’accord sur les spécificités, telles que : être de Quraysh pour les Sunnis ; être de la lignée Fatimid pour les Zaydis ; être infaillible et désigné par l’Imām précédent pour les chiites duodécimain. Cependant, les récits prouvent que revendiquer l’Imāmah générale est de la mécréance, que vous revendiquiez les spécificités ou non.

Schreibe einen Kommentar